Site du Pèlerin Création de compte Tutoriel Tableau de bord

Méditation : Le Christ aux mille visages (No 62)

Le Christ aux mille visages, travail de collégiens et catéchistes de Péronne (1982) https://jesus.catholique.fr/questions/ou-est-jesus-aujourdhui/le-christ-aux-mille-visages/

Évangile du Samedi 27 novembre (tiré du Prions en Église et pour les personnes qui voudraient s’abonner au Prions)

« Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver » Lc 21, 34-36

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

Méditation

Jésus nous parle encore du Jour de l’Homme. Et, en vue de ce jour, Il nous demande :  » Tenez-vous sur vos gardes » ou, traduira Chouraqui, « défiez-vous de vous-mêmes ». Et la raison :  » de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ».

La tradition patristique a parlé des portes du coeur, là où sans cesse, nous devons veiller grâce aux trois vertus théologales que sont la foi, la charité et l’espérance. Le but est de ne pas laisser entrer en nous ce qui n’est pas de Dieu, car le coeur, et tout l’humain, est appelé à être le sanctuaire du divin.

Si nous ne veillons pas aux portes du coeur, voilà que le coeur s’alourdit et, sous le poids, s’enfonce dans les ténèbres où il perd l’horizon de Dieu et de lui-même. En l’humain, ce n’est plus le jour mais la nuit. Plus la vie mais la mort. L’être s’éloigne progressivement de sa propre humanité.

Nous pourrions penser le « Jour de l’Homme » comme la venue du Christ, ce qui est juste, mais s’il vient, c’est pour établir le « Jour de l’homme (de l’humain) ». Le salut, en ce jour, sera l’humain enfin pleinement humain, c’est-à-dire chaque homme et chaque femme en leur plénitude d’Humanité. Ceci traduit une image très forte du texte d’aujourd’hui : cet homme ou cette femme qui « se tient debout devant le Fils de l’Homme ».

Non plus l’humain perdu et enfoncé dans le mal, enterré par sa haine, avachi dans la laideur… mais la personne en qui ce « jour » se lèvera. Ces paroles du prophète Malachie le disent bien : « Au jour que je prépare, ils seront mon bien propre, dit Yahvé Sabaot. J’aurai compassion d’eux comme un homme a compassion de son fils qui le sert. Alors vous verrez la différence entre un juste et un méchant, entre qui sert Dieu et qui ne le sert pas. (…) Mais pour vous qui craignez mon Nom, le soleil de justice (ce nom sera donné au Christ) brillera, avec la guérison dans ses rayons ». (Ma 3, 17-18.20)

Pour le dire autrement, au « Jour de l’Homme » ne seront debout que les personnes qui seront devenues humaines, et devenues humaines parce que pleines de la cette Vie de Dieu qui les divinisera. L’humain sans Dieu est sans visage et sans beauté, car il n’est plus image et ressemblance de Dieu. Il n’est plus alors le visage unique de Dieu, qui le fonde en son identité et lui donne de révéler le Dieu infini.

Quand l’Homme pleinement humain et divin qu’est le Fils apparaîtra, tous verront clairement ce qu’est un humain et sauront discerner en eux et chez les autres ce qui manque en eux d’humanité, jusqu’à, en certains cas, s’être apostasiés de leur propre être et de Dieu. Pour les coeurs qui n’auront ni veillé ni prié, ce « Jour de l’Homme » leur fera violence, car ils verront alors le mort qu’ils sont devenus, leur propre humanité qu’ils ont abolie… Ces coeurs, alors, ne devront plus fuir la Justice de Dieu, car sa Justice est Amour et cette Justice est la seule qui peut les sauver.

L’invitation est donc de veiller et de prier. Et le but n’est pas de craindre le « Jour de l’Homme » mais de veiller pour que le coeur continue à attendre avec désir l’Époux et de prier pour que le feu de l’Amour s’embrase en nous. Ainsi au « Jour de l’Homme », nous pourrons enfin former Église, ce « Christ aux mille visages » (photo de départ).

Tous les jours, veillons et prions le Christ pour que Lui, Soleil de Justice, fasse lever en nous ce « Jour de l’Homme », et fasse de nous des vivants.

Stéfan Thériault (sthérault@lepelerin.org)

DROIT D’AUTEUR

La méditation peut être partagée à toutes et à tous, en tout ou en partie, mais le nom de l’auteur et l’indication du centre le Pèlerin avec l’adresse du site (www.lepelerin.org) doivent être inscrits, car les droits d’auteur demeurent. Merci de votre compréhension.