Méditation : Le faux prophète intérieur (No 255)

Image par Jeff Jacobs de Pixabay

Évangile du Mercredi 22 juin 2022 – 12e semaine du temps ordinaire (tiré du Prions en Église et pour les personnes qui voudraient s’abonner au Prions)

« C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez » Mt 7, 15-20

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Méfiez-vous des faux prophètes qui viennent à vous déguisés en brebis, alors qu’au-dedans ce sont des loups voraces. C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Va-t-on cueillir du raisin sur des épines, ou des figues sur des chardons ? C’est ainsi que tout arbre bon donne de beaux fruits, et que l’arbre qui pourrit donne des fruits mauvais. Un arbre bon ne peut pas donner des fruits mauvais, ni un arbre qui pourrit donner de beaux fruits. Tout arbre qui ne donne pas de beaux fruits est coupé et jeté au feu. Donc, c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. »

NOTE IMPORTANTE

Veuillez noter que les personnes qui écrivent les méditations prendront congé à partir du 27 juin et débuteront à nouveau le lundi 5 septembre 2022. Nous en profitons pour vous remercier de nous avoir si assidûment suivis durant tous ces mois. Nous serons très heureux de vous retrouver au retour.

Méditation

Dans le monde actuel, il y a bien des faux prophètes et plusieurs se servent de Dieu pour inviter à tuer en son nom. Mais quel Dieu voudrait tuer ses enfants ? Bien d’autres, veulent simplement profiter du malheur des gens pour leur voler leur argent. D’autres ont l’ego si enflé qu’ils ont besoin d’adorateurs. D’autres encore se servent de la spiritualité ou de la religion pour assouvir leur dépravation sexuelle. Et, malheureusement, nous pourrions allonger la liste facilement. Mais pourquoi y a-t-il tant de faux prophètes et que leur parole est si contagieuse ?

Au Pèlerin, nous aidons nos étudiant.e.s à regarder ce que nous appelons le faux système de salut. Ce faux système se crée parce que nous avons chacun.e une blessure fondamentale autour de laquelle tous les maux de notre vie se sont collés. Pour nous protéger contre le mal qui nous a été fait, pour nous protéger de ce même mal que nous avons intériorisé et pour nous protéger des autres qui peuvent toujours nous blesser, nous montrons du génie à trouver des façons de nous sauver nous-mêmes.

Ces murs de protection que nous bâtissons ne vont pas sans enfouir une part importante de nous dans le tombeau que nous créons. Nous y enfermons notre identité véritable, car la blessure reçue nous a malheureusement appris et convaincu que nous n’avons pas de valeur, que nous sommes nuls, que nous ne pouvons pas être aimés pour nous-mêmes, que le mieux serait que nous disparaissions parce que nous dérangeons, etc. En somme, nous en venons à ne bâtir aucune reconnaissance ou amour de nous-mêmes, car amour et reconnaissance nous ont manqué dans notre histoire.

Une telle réalité produit en nous un credo composé de multiples articles de foi lesquels chaque jour, dans diverses circonstances, remontent en nous pour nous rappeler que nous n’avons pas le droit d’exister, que nous sommes mauvais.e.s, que nous sommes des incapables, que nous ne sommes pas intelligents… Oui, en chacun.e de nous, il y a un faux prophète intérieur qui ne cesse de nous annoncer jour et nuit (même dans nos rêves) que le mal est en nous, que nous devons haïr toutes les personnes qui nous ont blessés, qu’il est juste de se venger et de faire payer l’autre, qu’il est normal de disparaître pour être au service des autres, que Dieu ne peut aimer quelqu’un comme nous, qu’il est mieux de s’immoler la nuit dans l’alcool et la drogue, que nous ne devons nous investir en rien ni en aucune relation et qu’il est mieux d’en profiter…

Le mal qui est entré en nous s’accompagne toujours d’un faux prophète qui, continuellement, nous rappelle ce mal et qui nous invite à le commettre envers d’autres. Le faux prophète est cette part de nous remplie de culpabilité et de toute-puissance, qui se croit à la fois pire et meilleur que les autres et qui est assez fou pour croire à sa propre parole. Il aime, pour ce faire, à s’entourer d’autres faux prophètes qui l’écrasent ou de serviteurs portant la même blessure que lui.

S’il a des apparences qui peuvent être joviales, il cherche à dévorer, parce qu’il est rongé lui-même par le mal en lui. Nous ne devons pas nous étonner qu’il y ait autant de faux prophètes, car, en chacun.e, il en traîne un. Jésus ne les accuse pas mais il nous invite, toutefois, à la vigilance. Cette vigilance ne doit pas uniquement être en regard des faux prophètes à l’extérieur de nous mais, plus encore, en nous. Comment les reconnaître ? La réponse de Jésus est presque trop simple :  » c’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez ».

Quand la voix de notre faux prophète monte en nous durant la journée, il est facile de voir ses fruits : abaissement, culpabilité, peur, angoisse, jalousie, déprime,… toutes les odeurs de mort que nous connaissons. Quand nous l’entendons, nous devons comprendre que si nous y donnons foi, nous nous enfonçons dans notre blessure, nous disons oui à la mort et nous nous éloignons un peu plus de nous-même et des autres. Chaque pas dans la mort empêche notre être d’adhérer à la vie et de croire à qui nous sommes réellement.

Imaginez, avec tout ce qui peut nous arriver chaque jour, combien d’actes de foi nous faisons au mal au lieu d’adhérer à la vie. Jésus nous dit :  » regardez les fruits en vous ! » et, semble ajouter, mais quels fruits voulez-vous choisir ?! Le faux prophète est porteur d’une anti-parole, celle qui éteint en nous la parole vraie de notre être, cette parole de vie qui nous dit notre valeur, que notre existence a beaucoup à apporter à ce monde, que vivre est une formidable aventure…

Apprenons à discerner notre faux prophète intérieur, car, tant que nous ne le verrons pas, nous ne pourrons redresser notre chemin et, pire encore, nous serons à la merci de tous les faux prophètes intérieurs des autres personnes. Comme le rappelle l’évangile : nous serons des aveugles conduisant d’autres aveugles. Un seul est le vrai Prophète, le Christ, car Lui seul porte une Parole de Vie qui engendre et relève ! Soyons avec Lui des prophètes de Vie !

Stéfan Thériault (stheriault@lepelerin.org)

DROIT D’AUTEUR

La méditation peut être partagée à toutes et à tous, en tout ou en partie, mais le nom de l’auteur et l’indication du centre le Pèlerin avec l’adresse du site (www.lepelerin.org) doivent être inscrits, car les droits d’auteur demeurent. Merci de votre compréhension.